Monsieur le Bourgmestre,
Mesdames et Messieurs les Echevins,

Concerne : Interpellation concernant les mesures à adopter au niveau communal pour limiter les effets néfastes du diesel sur la santé.

Selon les plus récentes données scientifiques disponibles, la pollution des moteurs diesel provoquerait dans le monde des centaines de milliers de morts /an.

L’OMS estime que les émanations de diesel triplent le risque de développer certains cancers (poumons, seins, vessie). Les résultats de nombreuses études révèlent que les personnes qui ont été fortement exposées à des particules diesel, notamment en raison de leur métier, présentent une probabilité accrue de 63% de développer un cancer; c’est quasi autant que pour l’amiante !

Le grand responsable est le dioxyde d’azote que rejettent les moteurs diesel, les fameuses particules fines.

La Belgique détient le triste record mondial du taux de cancer du sein le plus élevé: 19 / 10 000 femmes. Pour les spécialistes, ce serait une mosaïque de facteurs qu’il faut prendre en considération pour comprendre et expliquer cette situation catastrophique (hygiène de vie, alimentation, tabac, surpoids, alcool,… ). Néanmoins, la pollution atmosphérique et notamment les émissions polluantes dues au diesel sont unanimement reconnues comme premières responsables.

Mais que peut, que doit faire une commune ?

Il ne s’agit pas, parce que cela s’avère impossible, d’interdire le diesel sur le territoire communal. Mais prendre conscience de sa dangerosité constitue déjà la première étape.

Trop souvent, des automobilistes laissent tourner inutilement leur moteur (taximen, chauffeurs de maître, ouvriers…) en attendant parfois de très longues minutes, voire heures ! Ce comportement totalement irresponsable doit être dorénavant interdit et stigmatisé. Et bien sûr, il ne s’agit pas ici de pointer les chauffeurs à l’arrêt devant un feu rouge ou en attente involontaire pendant quelques petites minutes…La Stib, par exemple, a obligé ses conducteurs à éteindre le moteur aux terminus. Moins de pollution se conjugue dès lors aussi avec économie !

A l’initiative de la Ministre de l’Environnement, la région de Bruxelles-Capitale propose de bannir, par non renouvellement progressif, le diesel de la flotte des véhicules publics en vue d’améliorer la qualité de l’air que nous respirons. Cet air est contaminé à 70% par des particules fines provenant de la circulation automobile. Et 90% de ces 70% proviennent des moteurs diesel

C’est pourquoi, le groupe Ecolo demande que :

  • l’interdiction de laisser tourner inutilement et de manière déraisonnable le moteur de son véhicule soit formellement inscrite dans le règlement général de police.
  • qu’en adéquation avec les recommandations régionales, nous n’options plus (lorsque des alternatives existent) pour des moteurs diesel lors du renouvellement de véhicules communaux.

Puis-je donc vous demander de nous revenir, lors d’un prochain conseil communal, avec des propositions concrètes pouvant rencontrer ces réflexions.

En vous remerciant pour l’intérêt que vous apporterez à ces réflexions,

Pierrot Desmet

Plus d’info :
PV du conseil communal du 27 février 2014

%d blogueurs aiment cette page :