Ce samedi 9 juin, Ecolo Uccle a répondu à l’invitation de la section uccloise du GRACQ (Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens) de pédaler en compagnie de ses membres pour découvrir (et confirmer dans bien des cas) les difficultés que les cyclistes rencontrent à Uccle. L’occasion pour Ecolo Uccle de rappeler ses engagements pour l’après-élection 2018.

Les cyclistes, hommes ou femmes, jeunes ou moins jeunes, de tous horizons, se sentent de moins en moins seuls dans nos rues. Ecolo Uccle, qui défend depuis toujours la mobilité douce, donc du vélo, ne peut que se réjouir de ce constat que chacun·e peut faire. Nombre de nos membres et sympathisants sont d’ailleurs en selle au quotidien pour leurs petits voire plus grand déplacements.

Des tracas malheureusement ignorés

du quotidien Il n’en reste pas moins que la pratique du vélo continue de se heurter à des difficultés bien réelles, comme le GRACQ Uccle a voulu en faire part le temps d’une balade commentée à travers la commune, en guise de démonstration de terrain pour appuyer un mémorandum aux partis politiques en vue des élections. Il suffit en effet de rouler soi-même à vélo pour s’apercevoir très concrètement des écueils, qui sont autant de sources de danger et de désagréments pour tout le monde sur la route :

  • réseau et maillage insuffisant des pistes cyclables ;
  • dessin erratique de ces pistes cyclables qui s’interrompent brutalement, imposent de slalomer entre éléments de mobilier urbain et arrêts de la STIB sur certains trottoirs, brusques déports d’un trottoir vers la rue… ;
  • situations où cyclistes et piéton·ne·s doivent se disputer le même espace ;
  • manque d’entretien des pistes cyclables ;
  • manque de possibilités pour cadenasser son vélo ou de parkings vélos ;

Il ressort de tout cela un manque de vision sur la part que le vélo doit recevoir dans l’espace public. Dans d’autres capitales européennes, des gestes forts ont été posés pour faire progresser l’usage du vélo, notamment à Copenhague. La pratique du vélo doit aussi s’envisager en fonction de l’âge des cyclistes, enfant, ados, adultes, seniors.

Le plaidoyer vélo d’Ecolo Uccle

En matière de vélo, Ecolo Uccle plaide pour que :

  • de manière globale, l’aménagement des quartiers, le plan de circulation et la politique de mobilité doivent favoriser la mobilité douce en éliminant les nombreux pièges qui se dressent sur la route des deux roues.
  • le nombre et le kilométrage de pistes cyclables augmentent fortement pour dessiner un véritable réseau local ucclois ;
  • la commune doit aider les écoles à organiser un « ramassage scolaire » de manière mutualisée entre elles, par groupes au départ et vers des quartiers spécifiques, c’est-à-dire sortir d’une vision cloisonnée du dossier et trouver des solutions globales.

Nos engagements pour l’après-élection 2018

La mobilité douce constitue et continuera de constituer une priorité absolue pour Ecolo-Groen. Le bilan en la matière au cours des dix dernières années à Uccle est largement insatisfaisant (pour dire les choses poliment). Que les choses soient claires : nous n’entrerons pas dans une majorité à Uccle au lendemain du 14 octobre sans un accord ambitieux sur un grand nombre de mesures concrètes au profit des cyclistes (création de nouvelles pistes, entretien régulier du marquage, création d’aires de stationnement, budget distinct dans le budget communal, organe consultatif, finalisation d’un Itinéraire cycliste communal…). Il est grand temps que cela bouge enfin !

En savoir plus : Pour une véritable politique de mobilité à Uccle