texte original : brochure ECOLO DECOUVERTE – A la rencontre d’ecolo et de ses militants, 2010

C’est quoi ECOLO ?

“Ecolo, c’est avant tout des femmes et des hommes convaincus que l’avenir de la planète se joue au présent. Des hommes et des femmes persuadés que nous pouvons choisir notre avenir et celui des générations futures en tenant compte du bien-être de chacun depuis notre quartier jusqu’à l’autre bout du monde. Ce sont des hommes et des femmes assurés qu’agir en politique c’est renforcer la démocratie, c’est construire une plus forte justice économique et sociale, c’est développer une plus grande solidarité entre les personnes, les populations et les générations. Ce sont des hommes et des femmes pour qui faire de la politique autrement, du conseil communal jusqu’aux gouvernements se traduit en actes concrets : dynamiques participatives, pratiques transparentes, éthique, bonne gouvernance. Par son action politique, Ecolo a comme objectif la transformation de la société à partir des principes de l’écologie politique. C’est ambitieux et nous voulons poursuivre cet objectif avec vous, avec tous ceux qui veulent s’engager pour de petits ou grands projets, proches ou lointains, sur tous les terrains de la réflexion et de l’action politique.”

40 ans de présence ECOLO

“Années ‘70. Dans l’ensemble du monde industrialisé émergent de Nouveaux Mouvements Sociaux qui remettent en question une société traversée par des crises multiples et dont les valeurs se sont figées. De nouvelles luttes se développent.  Féministes, autogestionnaires, pacifistes, tiers-mondistes, environnementalistes… veulent défendre leur conception du monde, de la vie ou du travail, ou tout simplement leur cadre de vie quotidien.

Dans ce contexte agité et préoccupé naissent bon nombre d’associations. De nombreux militants ECOLO de la première heure sont issus de deux d’entre elles, la section belge des Amis de la Terre et le mouvement Démocratie Nouvelle, dont le futur parti ECOLO reprendra quelques grands thèmes, comme la démocratie, le fédéralisme et l’écologie.

Il apparaît en effet très vite à ces militants d’horizons multiples que leur action doit être renforcée et complétée par un engagement dans les institutions démocratiques. C’est après quelques tentatives électorales qu’ECOLO voit le jour en 1980.

Dans le même temps, des partis verts naissent un peu partout ailleurs. Aux cotés d’AGALEV, jeune formation politique néerlandophone, ECOLO obtient ses premiers élus « verts » à la Chambre en 1981 : c’est une première européenne.

Force d’opposition et de propositions, ECOLO investit progressivement tous les niveaux institutionnels dans le courant de la décennie ’80. Les élus verts mettent à l’agenda politique des questions délaissées par les partis traditionnels (questions environnementales, mais aussi droit des homosexuels, sortie progressive du nucléaire…). Ils contribuent aussi à renforcer la pression pour des réformes en matière de fonctionnement démocratique.

La décennie ‘90 voit le renforcement de la présence d’ECOLO aux côtés des luttes sociales et notamment du mouvement enseignant et étudiant. Pour réaliser sa demande de refinancement de l’enseignement en Communauté française de Belgique, ECOLO participe avec AGALEV à la négociation de la réforme de l’Etat, qui aboutira en 1993. Il tentera également d’y introduire les prémices d’une éco-fiscalité, ce qui lui sera reproché et utilisé contre lui lors des élections de 1995. Depuis, tout le monde s’est rallié à l’idée.

Présent dans des majorités communales dès les années ‘80, c’est à partir de la fin des années ‘90 et 2000 qu’ECOLO prolonge son action dans des majorités gouvernementales. Peu avant leur première participation gouvernementale fédérale et régionale (1999-2003), les écologistes s’engagent à gouverner autrement. ECOLO souhaite augmenter la concertation entre les pouvoirs publics et la société pour resserrer les liens entre les citoyens et les dirigeants politiques. Le contrat soumet également à une éthique stricte les pratiques du parti et de ses ministres en fonction.  Malgré un bilan positif au terme de la législature pour ECOLO, son action ne convainc pas lors des élections de 2003 et 2004. Suite à ces défaites électorales, ECOLO entame un long processus de réflexion collective et s’ouvre à de nouveaux militants préoccupés par l’absence de réelle prise en compte des enjeux écologiques. Les années qui suivront seront plus propices et permettront à ECOLO d’accroître sa présence à tous les niveaux.

30 ans se sont écoulés depuis l’entrée des premiers élus verts au parlement. Le chemin parcouru a permis à ECOLO de s’installer durablement dans le paysage politique belge et de mener à bien des réformes indispensables pour l’avenir de toute la société. 30 ans… C’est une période courte au regard de l’histoire. Mais c’est aussi très long face aux urgences environnementales, sociales et économiques auxquelles nos sociétés sont confrontées. C’est pourquoi ECOLO veut rester, plus que jamais, une force de propositions innovantes, qui apporte des réponses efficaces à court et à long terme, tout en conservant un rôle prospectif  et visionnaire.”

ECOLO

“L’acronyme ecolo signifie « Ecologistes Confédérés pour l’Organisation de Luttes Originales »”

1980

“C’est en 1980 qu’ont lieu les deux Assemblées  générales fondatrices du « mouvement ECOLO » qui se définit comme une « structure d’intervention politique permanente sur le mode autogestionnaire et fédéraliste afin de poser  la revendication écologique sur le plan politique en termes de gestion de la société ».”

UTOPIE

“L’écologie politique est à la recherche d’un nouvel imaginaire pour le 21e siècle. elle construit un projet de société créatif et durable sur base d’un système d’idées ouvert et évolutifqui se réinvente en permanence.”

Pacifisme

“L’écologie politique prône la paix internationale, le règlement non violent des conflits par la négociation, le désarmement et la non-violence.”

Féminisme

“La mouvance écologiste défend l’égalité de tous, d’un point de vue humain et social. ceci implique l’égalité entre les hommes et les femmes. la représentation des femmes chez ecolo est, dans la majorité des cas, supérieure à celle des autres partis, grâce notamment aux listes électorales paritaires respectant l’alternance stricte des genres. il reste cependant encore du chemin à parcourir pour atteindre l’objectif de parité.”

AGAleV

“AGAleV est la formation écologiste néerlandophone née à la fin des années ‘70. le sigle AGAleV signifie Anders GAan leven (vivre autrement). le nom choisi évoque l’idée que les humains doivent opter pour d’autres modes de vie plus durables. en 2003, AGAleV devient Groen!. cette nouvelle dénomination le rend plus proche des autres partis verts à travers le monde.”

Ensemble, en mouvement

Ouverture, confrontation, dialogue

“Au cours de son histoire, ECOLO a pu mettre en pratique sa volonté de faire de la politique autrement. Dans le champ de l’action politique mais aussi vis-à-vis de lui-même. Fort de sa culture de dialogue, de débat et de confrontation, ECOLO lance, dès 1980, de vastes processus de réflexion commune. Ces différents moments-clés de la vie du parti ont permis de faire évoluer le projet écologiste par et avec ses militants et la société civile. Dans le courant des années ’90, un processus politique d’un nouveau genre voit le jour à l’initiative de jeunes militants. Les Etats Généraux de l’Ecologie Politique ouvrent un vaste chantier de réflexion ayant pour but de réactualiser les idées de l’écologie politique. Ce processus de débats participatifs fut ouvert non seulement aux membres mais aussi et surtout à tous les citoyens et à la société civile. Cette expérience passionnante et innovante de démocratie participative nourrira le programme politique du parti aux élections de 1999. D’autres initiatives semblables permettant rencontres, analyses et dialogue avec la société seront lancées par la suite : les Alliances pour le Développement Durable et surtout Etopia qui rend permanent cette culture du débat autour d’ECOLO. La réflexion collective ne s’arrête pas et d’autres processus similaires, favorisant le débat démocratique, devraient voir le jour dans les années à venir.”

Avec les Ecolo du Nord

“ECOLO et Groen!, les formations écologistes du sud et du nord du pays, sont en contact permanent depuis maintenant trente ans. Dès 1981, ils forment un groupe commun à la Chambre des Représentants. Une collaboration fructueuse qui amène les parlementaires écologistes à déposer de nombreuses propositions de loi communes. Partis responsables, ECOLO et Groen! ont participé ensemble, dans la majorité ou depuis l’opposition, aux négociations institutionnelles pour trouver des solutions équilibrées. C’est ensemble également qu’ils ont fait leurs premiers pas dans les gouvernements nationaux. Ce qui unit les deux mouvements, ce sont leurs valeurs et leurs ambitions communes, l’écologie politique et le fédéralisme. Tous deux se battent ensemble pour une terre plus verte, une société plus juste. Soucieux de sauvegarder des espaces d’entente et d’élaboration de solutions d’avenir entre les régions et communautés, ECOLO et Groen!, qui associent leur force au Parlement fédéral, offrent aux citoyens qui préfèrent le dialogue à la confrontation, de part et d’autre de la frontière linguistique, un relais politique. En 2010 ECOLO et Groen! reconduisent leur groupe commun au Parlement fédéral et signent une charte commune par laquelle ils s’engagent ensemble à mettre une économie durable sur les rails.”

Les Verts au-delà des frontières

“Au moment où le monde se retrouve au carrefour de toutes les crises, économique mais aussi sociale et environnementale, la nécessité de développer des politiques au-delà des frontières selon une approche globale et transversale apparaît plus que jamais vitale. Elle s’inscrit au cœur même de la démarche des Verts belges, européens ou même mondiaux, tous guidés dans leurs actions par les concepts et les valeurs de l’écologie politique. Depuis sa création, ECOLO a joué un rôle moteur dans la structuration et la cohésion entre les mouvements et les partis verts d’Europe et du monde. En 1984, huit partis verts, dont ECOLO, se réunissaient à Liège et formaient la Coordination européenne des partis verts. En février 2004, un pas encore plus grand est franchi avec la naissance du Parti vert européen, premier véritable parti en Europe qui fonctionne comme tel. ECOLO fut à l’origine de la dynamique qui aboutira à sa formation. Dépasser les seuls intérêts nationaux et prendre en compte l’intérêt général européen, tel est le sens de cette orientation importante et novatrice pour une Europe, mais aussi un monde plus viable écologiquement et socialement plus juste. Il s’agit, tout en construisant l’Europe, de refuser qu’elle soit uniquement synonyme de compétition et de libre-échange. C’est pourquoi les Verts cherchent à mettre en place un Green New Deal au niveau européen. Il s’agit, entre autres, d’orienter massivement les investissements publics et privés vers les secteurs verts, ceci afin de contribuer à la diminution des émissions de CO2, à la création d’activité économique durable, d’emplois et de plus de solidarité se déclinant aux différentes échelles, européenne, belge et régionale, tout en accélérant les changements dans nos modes de vie.”